Ny allez pas doucement dans cette bonne nuit… rage, rage contre la mort de la lumière.

(20 janvier 2017)

Discours inaugural de Madison Kimrey

Madison Kimrey

Pour paraphraser le premier philosophe chrétien saint Augustin: «Hope a trois belles filles; leurs noms sont Anger, Courage et Madison. Colère de la façon dont les choses sont, Courage de voir quelles ne restent pas telles quelles sont, et Madison pour encourager ses sœurs. ». Des jeunes comme Madison Kimrey ravivent mon espoir.
– (Être rédacteur libéral)

Alors que nous attendons linvestiture de notre 45e président, beaucoup ont limpression que cest la veille de la destruction. Jespère plutôt que cest un moment où nous commençons à détruire ces choses en nous-mêmes qui nous ont conduits ici. Les mots légitimité, normalisation et résistance ont été souvent évoqués ces derniers temps. Nous devons penser à ces mots non seulement comme des bombes que nous lançons comme des armes sur des cibles de notre peur, de notre colère et de notre frustration, mais comme des lentilles à travers lesquelles nous nous voyons.

En tant que société, nous avons légitimé apathie et inaction normalisée. Nous avons résisté à participer à notre démocratie. Nous avons normalisé le cynisme. Nous avons légitimé le silence. Nous avons normalisé la création d’excuses pour rester dans nos zones de confort. Nous avons résisté à la préparation, à lautonomisation et à linspiration de nos jeunes pour quils deviennent des citoyens et des leaders bien informés et actifs. Nous avons légitimé le fait de rendre le vote plus difficile pour nos citoyens.

Nous avons normalisé la violence contre les femmes. Nous avons légitimé le fait de permettre aux femmes d’être traitées comme des citoyennes de seconde zone. Nous avons résisté à l’octroi aux femmes de droits et de protections égaux en vertu de la Constitution. Nous pourrions payer du bout des lèvres des idées comme le consentement, mais lorsque le consentement est donné, nous normalisons la honte et quand il est refusé, nous normalisons le fait de jeter une femme et toute sa valeur de côté, comme si le don de son cœur et de son âme ne suffisait pas si elle ne le voulait pour donner son corps aussi. Nous parlons dégalité, mais résistons à linclusion des femmes et au respect des femmes si leur apparence, leurs antécédents, leur identité, leurs handicaps ou leurs choix et opinions individuels ne correspondent pas à nos idées sur la féminité.

Nous avons normalisé la pensée que simplement parce que les citoyens LGBTQ + peuvent se marier avec qui nous aimons quune vigilance et une action accrues ne sont pas nécessaires pour protéger ce droit et pour nous assurer que nous avons tous les autres droits et protections accordés aux autres. Nous avons légitimé le fait de permettre aux gens de dire quils aiment ou respectent les personnes LGBTQ +, mais nous disons ensuite de nous asseoir et de nous taire lorsque nous exprimons nos craintes ou défendons nos droits. Nous avons résisté à faire en sorte que lidentité de tous les êtres humains ne soit pas délégitimée en étant rejetée comme choix de mode de vie ou comme quelque chose dont il faut avoir honte ou guérir comme une maladie.

Les Blancs ont légitimé lidée que les vies noires comptent vraiment, cest juste une autre question dopinion Nous avons normalisé l’exclusion de l’histoire des Noirs de toute vie. Nous avons légitimé le fait de permettre aux Blancs de déterminer quelles vies noires sont célébrées et quelles vies noires restent des personnages cachés. Nous avons résisté à entrer dans les espaces noirs et à laisser lémotion légitime des luttes noires entrer dans nos espaces parce que cela nous met mal à laise.

Nous avons résisté à limpératif moral de garantir que tous les citoyens aient accès à de la nourriture, de leau potable, le logement et les soins de santé, les besoins humains les plus élémentaires. Nous avons normalisé l’inégalité dans l’accès à une éducation de qualité et la re-ségrégation de nos écoles. Nous avons légitimé le fait de juger qui mérite ce que tant d’entre nous tenons pour acquis et avons normalisé la prise pour acquis de ce que beaucoup d’entre nous n’osent pas rêver. Nous avons résisté à laccueil des réfugiés et des immigrants et à ce quils ressentent le même sentiment de sécurité et font partie de la même promesse que nous faisons aux enfants qui sont nés ici. Nous avons normalisé le fait de se soustraire à notre devoir en tant que l’une des grandes nations prospères à protéger la planète que nous partageons tous.

Nous avons normalisé l’ignorance. Nous avons résisté au partage des connaissances et des idées de fond sur ce qui se passe justement pour obtenir les réponses les plus basiques dun public en général. Nous avons légitimé la constitution des faits. Nous avons normalisé la formation dune opinion sur un titre au lieu dévaluer les informations avec une pensée critique. Nous avons légitimé le choix de nous divertir plutôt que dêtre informés.

Le moment est venu de quitter le chemin qui nous a conduits ici et pour chacun de nous de creuser, de ciseler et de poser nos pierres pour ouvrir une nouvelle voie . Nous devons aplanir la voie de la démocratie pour faciliter les déplacements de nos voisins et nous assurer quils disposent de bonnes cartes pour les guider.Il est facile d’appeler un président, un sénateur, une organisation, des gens sur Internet. Regardons plutôt en nous-mêmes et sortons de là vers ceux qui sont les plus proches de nous, car cest ce que nous acceptons comme normal et légitime en nous-mêmes et de ceux avec lesquels nous interagissons chaque jour qui sera reflété comme normal et légitime dans une nation bâtie sur Nous, le Peuple.

Nous avons le choix de nous asseoir à la veille de la destruction ou de nous tenir à laube du réveil. À qui et à quoi allons-nous transférer notre pouvoir? À quels idéaux allons-nous prêter allégeance et à quelles fins irons-nous les soutenir et les défendre? Nous devons choisir si nous chercherons à lextérieur des héros pour nous sauver et les méchants à blâmer ou à nous transformer en défenseurs de la démocratie, alliés des opprimés, vainqueurs de linégalité et champions de la justice. Nous choisissons si nous voulons être des antagonistes par linaction ou des protagonistes de la grande histoire américaine.

«Nentre pas doucement dans cette bonne nuit… rage, rage contre la mort de la lumière.» – Dylan Thomas

Pour en savoir plus sur Madison Kimrey, visitez sa page Facebook .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *