La ville que nous sommes devenues par N.K. Jemisin

(9 août 2020)

… un avis…

aussi sur instagram @ amateurtattletale

IDÉAL (& pas idéal) LECTEUR

Lidéal Reader est à peu près nimporte qui qui lit des livres, OU il pourrait être le livre parfait pour quelquun qui cherche à «lire plus», car il enflammera sans aucun doute le feu de votre imagination sur ce que les livres SONT et PEUVENT ÊTRE (mais je trouve ceci être un trait classique de Jemisin, alors soyez averti, les histoires comme celles que Jemisin imagine et écrit sont rares, ce qui signifie que la plupart des autres fictions vous décevront sans aucun doute du moment où vous lirez votre première fiction Jemisin jusquà la fin des temps).

Le lecteur non idéal peut facilement être défini comme un raciste, un fanatique ou un suprémaciste blanc, mais la probabilité que ces types prennent un livre dun auteur noir est mince, ce qui signifie peut-être quils sont le lecteur parfait . Soyez simplement averti si vous êtes la personne qui leur donne ou leur suggère ce livre. Cest presque comme si Jemisin refusait décrire quoi que ce soit qui manque de substance, ce qui explique probablement pourquoi lécriture de Jemisin fait monter en flèche mon cœur.

VALEUR DE DIVERTISSEMENT

Je comprends que ce roman est classé dans la catégorie Urban Fantasy , et je navais jamais vraiment lu quelque chose de catégorisé de cette manière auparavant. Donc, si vous vous demandez ce que cest, je le décrirais comme quelque chose qui ressemble à des films de super-héros (mais avec une substance, un sens, un but au-delà de «gagner»), ce qui signifie que lintégralité du livre commence et se termine dans le paysage urbain urbain de New York, qui est un endroit réel, mais évidemment, les éléments de fiction ne pouvaient pas vraiment se produire dans le monde tel que nous le connaissons / le comprenons actuellement, doù le fantasme. Pour moi, cétait très divertissant parce que je suis allé à New York mais que je connais peu de choses à ce sujet, alors jai beaucoup appris tout en étant fasciné par les événements et les éléments fantastiques qui se déroulent.

Aussi, cest BOOK ONE of a trilogie à venir!

POINT DE VENTE

Le prologue souvre à un rythme si rapide que vous pourriez vous retrouver à lire le livre de bout en bout sans jamais lavoir posé sauf pour manger , faites pipi, soignez votre corps / compagnon de vie quand ils rentrent du travail, pour manger à nouveau, faire pipi à nouveau.

Après avoir lu le prologue, jai, assez sérieusement, effacé mon calendrier pendant une journée où je pouvais lire le tout en un jour, et je lai fait.

EN TANT QUE LECTEUR

Ce livre est évidemment écrit par quelquun qui se soucie de la race, des origines et du sens et de la détermination à travers lesquels on peut vivre leur vie. À une époque comme maintenant, ce livre ma semblé comme un phare, un appel à tous ceux qui ont senti que leur temps était venu, que ce quils devaient, cest être eux-mêmes, libres, individuels, indépendants avec un sens de lurgence que nous soyons tous connectés et devons travailler ensemble, célébrant nos différences comme la racine de notre force.

De toute évidence, en tant que femme minoritaire, cela résonne beaucoup en moi, et je me sens vue, honorée, comme quelquun qui pourrait peut-être changer le monde parce que je suis censé le faire. Cest aussi la goutte deau qui ma poussé au-dessus du bord pour vraiment travailler sur mes problèmes personnels avec moi-même. Si vous lisez le livre et que vous êtes conscient de mes «luttes», vous comprendrez comment cela ma poussé en moi-même et ma fait réaliser que je veux changer, ne plus vivre sous la coupe des mensonges que ma famille ma nourris.

QUOTES

«La maison nest pas là où est le cœur; cest là où le vent se sent bien. » (p 110)

«Mais bien sûr, Bronca elle-même est le Bronx, et le Bronx ne fait confiance à personne dautre que le Bronx, alors peut-être que son dégoût pour tout le monde est tout aussi inexorable que le charme de Manhattan. Si tel est le cas, elle s’y penche, car cela fait quelques jours difficiles et elle n’a pas envie d’essayer d’être meilleure. » (p 292)

La ville que nous sommes devenue par N.K. Jémisine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *