COVID-19 signifie de grands changements dans la philanthropie

(9 décembre , 2020)

COVID-19 signifie de grands changements dans la philanthropie - La boule de rêve

Le COVID-19 a été une crise, pas comme les autres. Les petites entreprises ont dû fermer leurs portes et de nombreuses entreprises sont passées à un système de travail à domicile. Les systèmes de santé sont stressés, de nombreux patients COVID prenant des lits aux USI, tandis que les dépistages de routine et autres traitements ont été reportés, parfois de plusieurs mois.

À bien des égards, le COVID-19 a sensibilisé la personne moyenne du besoin de charité. Mais le comment de cela a changé pendant la crise. Par exemple, dès le début, les gens étaient désireux de se porter volontaires. Les travaux de bénévolat pendant la pandémie ont inclus la fabrication et la livraison de masques pour les travailleurs de première ligne. Mais depuis le début de la crise en mars, le volontariat est en baisse significative .

De manière quelque peu contre-intuitive, cela peut être une bonne chose. Cela montre que les gens prennent à cœur les messages sur limportance de la distanciation sociale et du respect des EPI. Ils savent quen étant trop loin de chez eux, ils risquent de devenir porteurs. Ils écoutent les conseils du gouvernement et des médecins spécialistes lorsquil sagit de rester chez eux. Heureusement, ces personnes ont trouvé dautres débouchés pour faire du bien. Les dons de bienfaisance nont pas baissé.

En outre, un quart des personnes qui donnent à un organisme de bienfaisance disent quelles prévoient daugmenter leurs dons. Pendant ce temps, 55% supplémentaires déclarent avoir lintention de continuer à fournir le même niveau quavant la pandémie. Il sagit dune excellente nouvelle pour le secteur sans but lucratif et les personnes quil sert. Cela montre également que l’enthousiasme pour aider n’a pas baissé. Les gens font juste attention à la façon dont ils aident.

Le COVID-19 a posé de nouveaux défis aux organisations qui travaillent dans le secteur médical. Elle affecte également ceux qui travaillent avec des populations sans abri ou à risque. Par exemple, il est plus compliqué que jamais d’héberger temporairement des personnes dans des abris en raison du risque de propagation du COVID. Les organismes de bienfaisance doivent trouver des moyens de créer des groupes stables dans des abris qui peuvent être mis en quarantaine si nécessaire.

Alternativement, ils recherchent des dons pour fournir aux gens des bons dhôtel ou des articles tels que des tentes et des couvertures. Pendant le COVID-19, la demande de services comme les banques alimentaires a également augmenté. Les organismes de bienfaisance ont dû mettre en place de nouvelles procédures et limiter le nombre de bénévoles autorisés à fournir ces services. Laugmentation des dons leur a permis de surmonter la tempête.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *